JavaScript ist in Ihrem Browser deaktiviert. Ohne JavaScript funktioniert die Website nicht korrekt.
Top

Actuel

Prise de position de ChasseSuisse pour la révision des concepts pour le loup et le lynx

01. October 2014

Par rapport aux concepts applicables actuellement, les deux ébauches de projets sont conçues de façon extrêmement complexe et se caractérisent par une extrême surrégulation. Dans la pratique, les deux ébauches de concepts ne permettent  pas de  procéder aux interventions nécessaires. Ils empêchent l’objectif de régulation des populations de loups et de lynx, fixé dans l’article 4 de l’ordonnance fédérale sur la chasse.

ChasseSuisse craint que l’exclusion de fait de la régulation tende à favoriser le braconnage et nuise à l’acceptation par la population concernée. C’est pour ces raisons que ChasseSuisse rejette les concepts pour le loup et le lynx dans la forme proposée actuellement et exige des ajustements fondamentaux pour permettre des interventions rapides sur les animaux occasionnant des dommages et pour autoriser la régulation de façon pratique au niveau des différentes populations.

Les concepts ne sont pas assez coordonnés en ce qui concerne les critères applicables. Ils ne tiennent pas compte de la présence simultanée et du potentiel de dommages pouvant être occasionné par le loup et le lynx dans le même périmètre. ChasseSuisse rejette la solution proposée, consistant à créer des compartiments principaux et partiels étant donné que de l’avis de ChasseSuisse, ces structures rigides et statiques ne répondent nullement aux problèmes posés actuellement par la propagation des grands prédateurs, loups et lynx. La répartition en compartiments ne tient en particulier pas compte d’une présence locale accrue du loup et du lynx. Pour une répartition en compartiments principaux et partiels, il faudra procéder à une répartition basée sur la présence, le mode de vie et les zones où vivent les grands prédateurs respectifs. Il faut garantir la « marge de manœuvre » au sein des compartiments de façon à ce que les cantons directement concernés puissent conserver l’entière capacité d’agir.

Les critères d’intervention, définis pour la régulation du loup et du lynx, doivent absolument être modifiés en ce qui concerne les populations d’ongulés, respectivement en ce qui concerne les pertes importantes du régale de la chasse. Pour la régulation des lynx, c’est une densité de max. 1,5 lynx / 100km2 qui est déterminante et, pour la régulation des loups, on doit se baser sur une baisse du tableau de chasse  de max. 15% des populations (d’ongulés) avant une éventuelle présence de loups. Les critères proposés du rajeunissement de la forêt doivent être relativisés dans le cadre de la régulation des populations de loups et de lynx. Les tirs sélectifs et régulations doivent également être possibles dans les districts francs et/ou réserves d’oiseaux d’eau et de migrateurs. Les critères de tirs sélectifs doivent être réduits à un minimum pour les loups et lynx occasionnant des dangers. Il convient de fixer quelques rares critères de tir simples et clairement définis. ChasseSuisse exige d’appliquer sans délai la motion  19.3264, adoptée par les Conseillers fédéraux en vue de la révision de l’article 22 de la Convention de Berne.

Download

ChasseSuisse est soutenue par: